Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour l'été 2017

Merci aux poètes,visiteurs ou contributeurs

 

 

 

Log Plein..

 

 

«Le mérite ne suffit pas s'il n'est secondé par l'agrément. »

 

Baltasar Gracian

Proverbe espagnol,

Oraculo manual - 274(1647)

 

«Aimer sans doute est le plaisir le plaisir le plus lointain.»

  

Georges Bataille-

L' Alleluiah (Gallimard)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déplacement sexuel

de Pédro Vianna

 

 

L’orgasme

c’est quand

on envoie

le cerveau

se promener

à l’intérieur

des organes génitaux

ou

vice-versa

 

 

 

 Pedro VIANNA DR

Paris, 25.XI.1976 In In-explications


 

 

 

Log Plein..

 

 

«Un frère est un ami donné par la nature. »

 

G. Legouve- La mort d'Abel

Dictionnaire des citations du monde entier

 

 

 

« Que tous les hommes soient frères, c'est le

rève des gens qui n'ont pas de frère.»

 

Charles  Chincholle -

 Dictionnaire des citations de langue française

 

 

 

 

 

 

Petit Frère

de Cypora Herszorn Boulanger

 

 

 

 

 !... Petit frère ! Laisse-moi t’imaginer !
Bien que tu ne sois jamais né,
Voici que je te parle ce soir,
Comme la belle à son miroir…

Je mêle ta voix à la mienne
Dans cette vie où ton berceau
M’est apparu en un poème,
Comme un lapin dans un chapeau.

Viens, petit frère, je t’emmène
Parmi mes livres, mes cahiers,
Dans une classe où mes problèmes
Et mes quatrains ont mal aux pieds.

Dans l’encrier, un peu de craie,
Et, dans le vase, cette rose…
…Mais, si c’est elle que j’arrose…
C’est toi que j’aime à l’imparfait…

 

 

 

© Cypora HERSZHORN-BOULANGER

(Extrait de DESSINE-MOI UN PO-AIME)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Log Plein..

 

 

«Un mauvais pli est vite pris. Surtout quand il est recommandé. »

 

Pierre Dac- Arrières - pensées

 

 

«La caresse est la mère de tous les vices.»

 

Jean  Yanne -  J' me  marre

 

 

 

 

 

 

La f......... ?

de Didier LALOUX

 

 

 

En ère de Renaissance, Ronsard en avait façonné l' esprit et modelé les contours mais, sans que l' on ne puisse en saisir ni le quand ni le comment, le phénomène se propage aujourd'hui comme une traînée de poudre de perlimpinpin : la tendance est à la folâtrerie.

Ce renouveau est-il apparu au printemps, porté par notre impulsive et ardente jeunesse ? Quoi qu' il en soit, il est devenu d' usage – de mœurs – d' établir une quotidienne relation affective avec un(e) inconnu(e) du même ou de l' autre sexe, de 7 à 77 ans.… S' il va de soi que la rencontre ne puisse être que fortuite et que le lien soit de consentement mutuel, la gageure réside dans le fait que ce « moment de grâce » ne puisse être qu' éphémère, ne durer au plus que quelques minutes pour ne plus jamais se répéter.

 

Repoussant l' idée même d' acte copulatif la folâtrerie se plaît à l 'inverse dans le babillage, le frôlement, la caresse, l' esquisse. Elle se plaît aussi à rendre ce plaisir public. Le but étant de procurer et d' entretenir un état de bonheur permanent et, en toutes occasions, d' en partager le sociétale émotion. Façon de dire : « Voyez comme nous aurions pu vivre ensemble ! » La réponse publique étant plus ou moins implicitement et à des degrés divers : « C' est vrai, mes tout-beaux, vous auriez pu faire la paire ! » ou « Votre affaire n' aurait pas tenu la route mais ça valait un galop d' essai ! ».

C' est la société civile, via médias et réseaux, qui codifie et véhicule ce nouveau mode de conduite : commentaires et selfies consacrent, relativisent ou désapprouvent tel agissement et telle pratique.

 

Qu' adviendra-t-il de cet contagieux et trépidant mouvement de masse ?

 

L' affaire est à suivre.

 

 

 Didier LALOUX DR

Paris juillet 2017

 

 

Log Plein..

 

 

«Le bonheur humain est composé de tant de pièces

qu'il en manque toujours. »

 

Bossuet - Dictionnaire  des citations de langue

française

 

 

«Les enfants  sont venus vous demander des roses:

- Il  faut  leur  en  donner

-Mais les petits ingrats détruisent toute chose

- Il faut leur pardonner»

 

Marcelline Desbordes -Valmore

-Le livre des mères

 

 

 

 

 

 

 

 

Les yeux d'enfant

de Maryse Licette

 

 

quand tu me regardais

avec tes grands yeux étonnés

je voyais toute l’immensité

de la mer Méditerranée

avec ses mystères, ses secrets

qui une grande envie me donnaient

d’aller à fond les explorer

..........................................................

quoi de plus beau

que les yeux d’enfant

grands ouverts sur le monde,

dans lesquels se reflètent

la mer et le ciel

 

les yeux d’enfant

 

qui de tout s’étonnent,

ouverts tel un livre d’images

empli de points d’interrogation

 

les yeux d’enfant

 

qui, quelle que soit la couleur,

sont autant de diamants

scintillant comme le ciel étoilé

 

les yeux d’enfant 

tourmalines noires, passion enflammée

pierres d’émeraude ou de jade

marron clair fruits du noisetier

saphirs bleus nostalgie d’évasion

 

les yeux d’enfant

 

ceux qui, bien trop jeunes,

découvrent la misère, le malheur,

qui de larmes débordent

quand les adultes les maltraitent

qui ne comprennent pas la violence,

la mort, la perte de père et mère

 

les yeux d’ enfant

 

qui, trop vite, trop brutalement,

deviennent des yeux d’adulte

en perdant leur luminosité,

leur espoir en l’avenir, leur joie de vivre

 

les yeux d’enfant

 

si beaux, si confiants, si aimants

qui, humblement, nous implorent

et que nous n’avons pas le droit

de décevoir, de détruire

de fermer à tout jamais.

 

 

 

 Maryse LICETTE DR 

Dresde,le 8 juillet 2016- photo de son

arrière petit fils transmise par Maryse


 


Log Plein..

 

 

«Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est  le

plaisir des sages. »

 

Barbey d' Aurevilly 

Dictionnaire des

citations du monde entier-

 

«Craignez, seigneur, craignez que le ciel rigoureux

Ne vous haïsse assez pour exaucer vos voeux»

 

J. Racine-Phèdre

 

 

 

 

 

 

Un ciel serein

de Pédro Vianna

 

  

 

un ciel serein

couvre de bonheur

la nuit d’une terre endormie

soudain

dans cette obscurité céleste

s’ouvre sinistre

une soupape d’insécurité

cruellement cramponnés

à la crainte de compromettre

la crapulerie de leurs crises

dont le décryptage donne crimes créateurs

de crasse de crève de cri de croc de crucifiement

précautionneusement perplexes

pieusement précautionneux

prudemment pieux

pertinemment prudents

périlleusement pertinents

particulièrement périlleux

les faibles fidèles frémissent

face au fossé financier

faussant la fraîcheur de la fraternité

frelatant la folie de la félicité

fragilisant la force de la franchise

 

peu à peu

prévoyants sûrs de leur pouvoir

ils déploient leurs arsenaux mortifères

contre tout soupçon de révolte

un ciel serein

couvre alors de malheur

une humanité endormie

 

 

 

 Pedro VIANNA DR

Paris, 9.VIII.2016- in Climats

 

 

Bonjour l'été 2017

Merci aux poètes,visiteurs ou contributeurs

 

 

 

 

Log Plein..

 

 

«L'asile le plus sûr est le sein d'une mère. »

 

J.B. de Florian  - Fables -  La mère, l'enfant et

les sarigues-

 

«Les enfants sont le fruit de l'amour, surtout les filles»

 

Jérôme Duhamel -Le Dico tout fou des écoliers-

 

 

 

 

 

 

 

 

Hymne à l'enfant

de Michèle Lassiaz

 

 

 

 

 

Enfant, je ris aux éclats

 

Avec toi

 

Quand fusent les feux d'artifice

 

Du 14 Juillet

 

Enfant je pleure et me révolte

 

Avec toi

 

Quand un autre adulte blesse

 

Ta dignité

 

Enfant, je souris d'aise

 

Quand tu es dans mes bras

 

 

 

 

 Michèle LASSIAZ DR

(Extrait de RECTO-VERSO)

 

 

 

 

 

 

Log Plein..

 

 

«La délicatesse est à l'esprit ce que la saveur est au fruit. »

 

A. Poincelot - Etudes de l'homme ou

Réflexions morales

 

 

«Le romantisme est fait avec des poésies pleines de larmes»

 

Jérôme Duhamel -Le Dico tout fou

des écoliers-

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout comme un papillon

de Cypora Herzorn-Boulanger

 

Tout comme un Papillon posé sur mon épaule,
Le Soleil au levant sur l’Onde vient s’asseoir,
La Nuit s’est dévêtue en ôtant son étole
Le Petit Jour pressé envahit les trottoirs.

A l’heure où se dissipent tant de cauchemars,
En me frottant les yeux, j’émerge du sommeil,
Quand l’Aurore habillée en robe de brouillard
S’avance, souveraine, à nulle autre pareille.

Et le long des maisons que le Matin captive,
Ma vie reprend son cours où je l’avais laissée,
La Source vient chanter aux cailloux de la Rive,
Ricochant sur mes vers, comme sur les pavés.

Et tout comme un gamin épris de Liberté,
Mon cœur, comme un pinson sur la plus haute branche,
Se pose, doucement, comme l’écume blanche
Sur le vieil Océan de l’Immortalité.

 

 

 

© Cypora HERSZHORN-BOULANGER

(Extrait de DESSINE-MOI UN PO-AIME)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Ruche des Arts

Michèle Lassiaz

Logo Plein Sens été

Alain Briantais

Illustrations Pixabay

et/oude leurs auteurs

Droits réservés ainsi

que pour les auteurs

de poèmes mentionnés

adaptation images et

texte,mise en page web

Christian Lafont

 

Chr

Partager cet article

Repost 0