Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendanges de Montmartre 2017

 

La Ruche des Arts

a fêté les lumières

 

Compte-rendu/Mnémosyne,

-suivi de commentaires de spectateurs- de cette

Fête des lumières

ayant eu lieu le

 

 

Dimanche 15 Octobre 2017

de 11h30 à 15h00 aux

 

 

Jardins Rosa Luxembourg

 

Angle rue Pajol - 63 (4) rue Riquet

 Paris 18 ème

 

Acte 1- Les abeilles se préparent…

Les Jardins Rosa Luxembourg étaient calmes à 10h00. Seuls, un entraîneur sportif et son élève s’échauffent quand vrombissent les premières abeilles de la Ruche. Christian Lafont, Didier Laloux et Alain Briantais filent chercher dix tables et trente chaises au gymnase Ostermeyer tandis que Marco Ô chapeau et Zita gardent le matériel. Arrivent Michèle Lassiaz, Claudine Vanlerenberghe, Evelyne Gautheron et Colette Sauvanet. Christian et Didier installent piano et sono. Dans la cuisine de l’Auberge de Jeunesse, de nombreuses autres mains s’activent à découper avec brio et dans la bonne humeur tomates, mozza, cakes salés, gâteaux… À 11h30, ces “autres mains” jettent un œil dehors  : il n’y a pas foule. Un cri fuse  : « Oh là là, nous avons trop de bouffe  ! »
 

12

 

 

Acte 2- Les convives sont là… Ils se régalent…

Les ami(e)s s’assoient les premiers. Deux femmes ayant vu nos affiches et des personnes que nous venons de convier s’installent à leur tour. Une famille avec leurs deux enfants et des curieux gonflent l’assistance. Le soleil est généreux, les plats séduisent, les discussions vont bon train, les sourires gagnent toutes les tables et l’impatience de certains ne trouble pas le bien-être commun.

 

Acte 3- Le spectacle commence… Portera-t-il la lumière  ?

Le vin poétique, macéré dans de nombreuses répétitions, va être servi…Prêt  ? Partez !

D’emblée, Louisa et son bendir nous offrent le soleil du Maghreb. Apparaissent les frères “Ampoule” (Didier, Hervé Gosse, Alain), qui paradent devant les photographes. Ils se présentent, l’un deux déclare : « On voulait être les frères lumières, mais à c’ qui paraît, c’est déjà pris. » Mais voilà que les interpelle “Aurore” de Radio Crépuscule (Fabienne Schmitt). À la pertinence de ses questions, ils déclarent porter la femme aux nues avant d’évoquer de croustillantes aventures cinématographiques. Elle s’en amuse et s’éclipse. Ils saluent la foule et prennent la pose pour les paparazzi enflammés. Notre journaliste annonce maintenant les excentriques “Sœurs Crochet” (Colette Sauvanet et Michèle Lassiaz). Celles-ci chantent sur un ton maniéré et leurs chapeaux colorés battent la mesure. L’humour flamboie.

 

                      
4 5

 

Dans l’orchestration conçue par Didier, les artistes ne se suivent pas par hasard. Il y a toujours un lien subtil qui nous emmène plus loin ou nous emporte ailleurs. “Aurore”, pro jusqu’au bout des ongles, présente chaque intervenant et tous s’appliquent à apporter couleurs ou brillance. Marco Ô chapeau fait pouffer les spectateurs, Jean-Dominique Dupont exalte la lumière par de longs poèmes pénétrants. Zita, accompagnée au piano par Didier, émeut le public. En duo avec Alain, elle interprète « La complainte de la Butte » et nombreux, dans l’auditoire, sont ceux qui reprennent le refrain. En “Ampoule” survoltée, Didier rugit « Moteur  ! ». Zita emprunte alors à Trenet « Le soleil et la lune » que l’assemblée reprend de plus belle  ; elle enchaîne avec la romance très puissante que chantait Piaf  : « Avec ce soleil ». Evelyne nous embarque à son tour, dans une chanson de Brel  : « La lumière jaillira ».

 

S’invite alors Caussimon avec « Le jour viendra » et « Les belles nuits ». Dans un tableau à trois, Didier impérial au piano, Zita ardente en chanson et magique en prose – comment ne pas l’être tant les mots de l’auteur sont saisissants - et Alain, “poète mort sur un banc”, concluant avec trouble  : « … Il y a de bien belles nuits », font passer un grand frisson dans le public. C’est poignant  !… Merci Monsieur Jean-Roger  ! Arrive Valérie Bellet. Très expressive et sachant cueillir les spectateurs, elle offre ses mots avec gourmandise. Reviennent les “Sœurs Crochet”, Jean-Dominique, Marco Ô chapeau et Louisa. Les Frères Ampoules se chamaillent, mais tout rentre dans l’ordre. Revoilà notre inconnue (Zita) qui nous confie joyeusement « Je n’sais pas ce qui se passe en moi », mais qui poursuit avec « Cinéma-vie » entourée par deux des frères “Ampoule” – caméra au poing et perche audio. Revoilà “Aurore” qui déclare le gagnant du concours réservé à la province, et c’est… Jeanne Lampion pour son lumineux roman « Paris brille-t-il  ? ». La journaliste nous en livre un extrait tout à fait séduisant. Nous clôturons avec un « Paris s’éveille » qui n’aurait pas déplu à Dutronc tant les poètes et amies, rejoignant Zita sur scène, mettent de joie à entonner le refrain.

 

                    
7 8

 

 

Acte 4 – C’est fini ou presque… Le soleil brille encore.

Il nous reste un peu de temps, alors une scène ouverte prolonge le spectacle. Trois ou quatre poètes de la Ruche et deux spectatrices s’invitent au micro. Le public, encore fourni, applaudit. Puis nous débarrassons les tables et rangeons tout.

 

 

9

 

 

Épilogue -

Ce voyage poétique 2017 de la Fête des Vendanges montmartroises est un fort joli cru.

Les spectateurs repartent ravis. Nous remercions cordialement nos deux partenaires.

Le premier : le Soleil, inattendu une semaine auparavant, a illustré le thème avec talent. Le deuxième  : la chaleureuse Auberge de Jeunesse Yves Robert qui, en nous donnant accès à la cuisine commune et en ouvrant l’accès direct sur les jardins, a énormément facilité l’organisation de l’événement.

Que de bonheur  !… Nous recommencerons  !

 

 

10

 

« Un grand merci pour ce dimanche ensoleillé de poésie, de gaîté et de convivialité.
La voix bouleversante de Zita, le rythme endiablé de Didier - metteur en scène-pianiste-interprète – et la variété des interventions nous ont enchantés.
Et que dire du délicieux déjeuner sinon « Bravo, la Ruche bourdonnante  !  »
A bientôt avec nos plus amicales pensées.
 »
Simone et Vincent

« J’ai bien aimé le burlesque des “frères ampoules”, mais “Le poète est mort sur un banc” est ce que je préfère. J’ai toujours plaisir à écouter les chansons de Zita et admire le don de Didier au piano. Très bien le tableau final. » 
Marie

« On a bien aimé Zita et les néons… Pardon, les ampoules.
Quant aux musiques c’est toujours un vrai régal. »

Edgard

 

« Merci à vous ! On a passé une belle journée, pleine de chansons, de surprises et d’enchantement. » 
Catherine et Olivier

 

 

Photos n° 8 et 9 de Jean-Dominique DUPONT

autres de Christian Lafont

Galeries photo complémentaires en préparation

 

 

 

La Ruche des Arts

Communication: Michèle Lassiaz

Alain Briantais, Didier Laloux

Texte d'introduction

Didier Laloux, Alain briantais

Affiche Ruche des Arts

Alain Briantais

Documentation:

Mairie de Paris 18 ème

Anne-Marie Gazzini

Fête des Vendanges

de Montmartre 2017

et A Facettes

Photos et Documents

de leurs auteurs

Droits réservés

Mise en page web:

Ruche des Arts

Christian Lafont

 

 

chrdidalmomi

Tag(s) : #ACTUALITES
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :