Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CARTE BLANCHE DE LA RUCHE DES ARTS à Claude et Franck Viguié*

 

Rencontre en poésie et en Chanson

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 20 Novembre 2019

à 20h00*

 

au Café-Club 

BAB-ILO

9 rue du baigneur

   Paris 18ème

 


 

Dans ce compte-rendu/Mnémosyne, Fabienne Schmitt nous en trace les contours et le fond, sans négliger la jolie forme

 

 

 

En seconde partie de nos scènes ouvertes mensuelles au Bab’Ilo, nous assistons la plupart du temps à une carte blanche dédiée à un ou des artistes amis de notre Ruche des Arts.

 

Ce soir ce sont Claude et Franck Viguié* qui nous offrent leur prestation en duo : Franck s’accompagne à la guitare sèche, avec des textes et chansons en majorité de son cru, pleins de poésie, et d’humour aussi. Claude relaie sa voix, en totale cohésion harmonique.

 

 

         

 

 

C’est d’abord la gaieté qui s’installe, qu’il s’agisse d’un « dieu sale gosse », de casseroles ou de mèches folles. La salle chauffe, on danse même la samba ! On se laisse ensuite emporter en contraste dans « l’Horizon chimérique » de Jean de La Ville de Mirmont, sur « un vaisseau qui danse », avec la voix douce et forte à la fois de Claude : « Je ne veux que la mer, je ne veux que le vent, pour me bercer comme un enfant ».

 

Et puis il y a le ciel, et « les sans ciel » avec Jean-Pierre Rosnay, « des êtres morts vivants, perdus dans la cité ». Les textes sont très beaux, la synchronisation musicale parfaite. De la vraie chanson française, que l’on n’entend plus si souvent.

 

 

Les voix de Claude et Franck se répondent et se complètent harmonieusement en rythme, dans « la fin du jour » : « la lune a déjà l’œil sur tout ». A minuit, « les somnambules iront dans sur des filins, sans qu’on n’en sache rien- sous la lune rien ne tient, on reviendra demain. » C’est ainsi que la salle s’en va rêver de façon bien romantique…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais les poètes ont besoin d’humour aussi, et aiment jouer avec les mots … « mots sacrés, mots croisés, les grands mots, les petits mots, ceux qui font la misère, ou le dernier des mohicans, » tous ces mots avec lesquels Franck et Claude nous amusent tant ce soir. Et ce n’est pas fini, car nous rions beaucoup à « la chanson du Berry », avec l’accent, s’il vous plaît ! « Soigne ta mégère et t’échappe à l’enfer » !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cela Claude va rétorquer de façon fort mutine « suis-je, suis-je belle, », à la façon des Dames d’antan, mais « rien ne se gagne pour toujours » comme l’a écrit Maria Labeille… « Le rêve d’amour est ensablé au pied de l’algue de l’oubli ». Emotion …

 

 

 

 

Le rythme change à présent : Franck va nous dire un poème de Frederico Garcia Lorca, puis dans sa langue d’origine, accompagné des notes de sa guitare. C’est le moment des grands poètes, avec également « un jour un jour » d’Aragon, que chantait Jean Ferrat, très bien rendu par Franck. « Tout ce que l’homme a de sublime » … « Il n’aurait fallu…Il n’aurait fallu », nous chante ensuite Franck, puis le beau poème d’Emile Nelligan, « soir d’hiver » : « Ah ! Comme la neige a neigé ! Ma vitre est un jardin de givre ».

 

 

 

 

 
 

 

 

Mais notre cœur ne sera pas brisé, retour à l’humour « au galop de mon dada », et même la mort, on peut en rire ! Franck Viguié ne manque ni d’humour, ni d’idées, car « sans les idées, ça serait pas sérieux » !

 

 

 

 

Ainsi se termine, avec de longs et forts applaudissements, ce spectacle varié, plein de fantaisie, de finesse, de romantisme aussi, une palette originale et réjouissante. C’est court une heure, mais elle fut si bien remplie de talent…

A bientôt, Chers Claude et Franck, et merci pour ce voyage poétique en votre compagnie !

 

Fabienne Schmitt

 

*Etudiants, Franck jouait de la musique à Bordeaux, et Claude l’entraîna vers Paris. Membres du Club des poètes, ils font partie de multiples associations comme l’Atelier Music’Halles de Paris, les amis de la poésie à Montmartre, la cave à poèmes, les mercredi après-midi du François Coppée. Ils gèrent « fragments poétiques » sur IDFM 98 Radio Enghien, ont participé à de nombreux spectacles au Santa Maria, au Magique maintenant «hors les murs », Kréatika au Jazz Café Montparnasse, Europoésie au Soleil de la Butte. Ils ont sorti des CD, et ont d’autres projets de musique et d’écriture en cours.

 

 

 

 

 

 

Géo-Localisation  du BAB-ILO  ici-

 

* En suite de  la" Scène Ouverte au Bab Ilo" de 19h à 20h

 

 

 

 

 

La Ruche des Arts
communication et
informations
Michèle Lassiaz
Compte-rendu/mnémosyne
Fabienne Schmitt
Illustrations  et présentation

Ckaude et Franck Viguié

Photos BAB ILO

Christian Lafont

Tous Droits réservés
aux auteurs, créateurs,
concepteurs,
adaptation et
mise en page web
Ruche des Arts
Christian Lafont

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :